Les laitages, que faut-il en penser?

 

En nutrition, difficile d’échapper à la polémique qui entoure les produits laitiers ! Indispensables pour certains, ils représentent un véritable poison pour d’autres qui ont pu soulager leurs maux en arrêtant leur consommation. Dans cet article, je vous propose de mettre à plat ce qui fait débat autour des laitages et de vous donner mon opinion sur le sujet.

 

La problématique du lactose

Peut-être avez-vous déjà vu des produits laitiers estampillés sans lactose dans les rayons des supermarchés? Le lactose, c’est le sucre du lait. Quand on est bébé, nous possédons naturellement une enzyme, la lactase, qui nous permet la bonne assimilation et digestion de ce sucre. Toutefois, notre corps produit de moins en moins cette enzyme avec l’âge, pour la simple et bonne raison que le lait est conçu pour assurer notre croissance avant tout et qu’à l’âge adulte, cela ne représente plus une nécessité pour notre organisme. Cela explique qu’avec le temps, de plus en plus de personnes ont des soucis de digestion avec le lait.

De ce fait, si vous vous sentez ballonné lorsque vous consommez des laitages et particulièrement du lait ou du fromage blanc (laitages particulièrement riches en lactose), il est fort possible que votre corps ne produise plus suffisamment d’enzyme pour digérer le lactose. Vous ne devez pas prendre cela à la légère car un sucre que nous ne parvenons pas à digérer est un sucre qui fermente, et cette fermentation va déséquilibrer notre microbiote qui être un facteur de risques pour de nombreuses maladies de vieillissement.

Au-delà des produits dits sans lactose, il existe des laitages qui contiennent naturellement peu ou pas de lactose. On peut citer dans cette catégorie le beurre ou les fromages affinés qui pourront donc être consommés si le lactose est votre ennemi mais attention, ce dernier ne représente nullement le seul soucis avec les laitages…

 

La caséine, source d’intolérance

La caséine est la protéine du lait. Il y a eu beaucoup d’études indépendantes sur cette protéine et les scientifiques constatent qu’elle peut véritablement être destructrice pour nos intestins. Chez quelqu’un dont le système digestif est fragilisé, la caséine ne sera jamais digérée correctement et risque alors d’agresser notre paroi intestinal, ce qui peut être le départ de grands troubles intestinaux et neurologiques (notre cerveau et notre microbiote étant connectés).

Là où le lactose peut générer des ballonnements et autres problèmes digestifs, la caséine est susceptible de provoquer de véritables intolérances et des dégâts plus profonds dans nos intestins. Ca en fait pour moi l’élément qui est potentiellement le plus dangereux dans les laitages. Pour un estomac sensible, la caséine va former une véritable colle qui va encombrer nos intestins et les mettre dans un état d’inflammation chronique, à l’instar du gluten.

Ainsi, je pense que nous devons être particulièrement vigilant avec la caséine, d’une part si nous souffrons de troubles intestinaux mais aussi car elle pourrait être en mesure de nous provoquer ces troubles en affaiblissant petit à petit notre microbiote.

Le problème, c’est que la caséine se trouve dans tous les produits laitiers. La seule exception serait le beurre qui n’en contient plus qu’à l’état de trace donc si vous suspectez une intolérance à la caséine, il ne vous restera alors plus beaucoup de laitage à consommer.

 

La qualité des produits laitiers

Comme toute famille d’aliments, la qualité des produits laitiers que nous consommons est très importante. Hélas, les laitages d’aujourd’hui sont le fruit d’élevage de vaches dans des conditions affreuses qui impactent forcément la composition nutritionnelle des aliments que nous achetons.

De plus, les produits laitiers sont pour la plupart pasteurisés, hors, les dernières études ont tendance à montrer que les laitages au lait cru sont plus digestes et plus assimilables pour notre organisme. Le lait est un aliment qui contient de bonnes bactéries bénéfiques à notre microbiote et malheureusement, la pasteurisation détruit ces actions potentiellement positives pour notre organisme. Ainsi, on peut tout de même se demander si les produits laitiers que nous achetons la plupart du temps ne sont pas réellement nocifs pour notre organisme, même si la qualité est une problématique qui concerne de nombreux aliments (que dire des viandes transformées premiers prix que l’on trouve en grande surface par exemple).

Un produit laitier de qualité, ce serait donc un produit laitier bio avec un label certifiant de sa qualité et de préférence au lait cru. Ce n’est pas nécessairement le plus facile à trouver mais ce sont les laitages sous cette forme qui seront les plus assimilables et les plus digestes pour notre organisme.

 

Pourquoi nous recommande-t’on de consommer du lait alors?

C’est la question que l’on pourrait se poser du coup: pourquoi nous dit-on de consommer des laitages s’ils peuvent potentiellement être dangereux pour notre santé? Est-ce qu’on nous ment?

En vérité, il y a une raison simple à cela: les recommandations officielles que les organismes de santé nous délivrent sont hélas influencées par les plus grandes marques de l’industrie agro-alimentaire. Ces organismes de la santé, même s’ils sont plein de bonnes intentions, subissent des pressions que vous n’imaginez même pas de la part de ces lobbies. Il n’y a pas de complot derrière tout cela, juste une logique commerciale, ces grands groupes industriels désirant vendre leurs produits le plus efficacement possible et se soucier de notre santé ne fait pas partie de leur stratégie de vente (ou juste en faisant semblant dans les spots publicitaires).

Actuellement, les organismes officiels nous recommandent donc de consommer deux produits laitiers par jour (contre trois depuis des années, un petit recul qui tient du miracle), principalement pour leur apport en calcium, en protéine et prévenir l’ostéoporose.

Pourtant, vous pouvez retrouver du calcium mieux assimilable par l’organisme dans d’autres aliments (les choux, les amandes ou même les sardines en conserve) et trouvez vos sources de protéines dans la viande, le poisson, les œufs ou dans des produits végétaux comme les noix ou les légumineuses. De plus, les civilisations qui ne consomment pas de laitage n’ont pas plus de soucis d’ostéoporose que nous (ils ont même tendance à moins en avoir !).

Au final, la raison des recommandations en matière de laitage est surtout commerciale ! Pour approfondir le sujet, je ne peux que vous conseiller la lecture de « Lait, mensonges et propagande » de Thierry Souccar qui en dit beaucoup sur cette industrie qui veut nous vendre des laitages par tous les moyens.

Selon moi, ça ne veut pas dire qu’il faut obligatoirement arrêter d’en consommer mais avoir conscience que ce ne sont pas des aliments qui font parti de la base indispensable d’une nutrition santé comme c’est le cas des végétaux. L’argument le plus simple pour s’en convaincre est de constater le nombre de civilisations qui ont vécu ou vivent actuellement en parfaite santé sans consommer le moindre laitage…

 

Au final, les produits laitiers oui ou non?

Hé bien comme souvent en matière de nutrition… ça dépend ! Pour ma part, il me parait évident que le lait est nécessaire pour notre croissance mais qu’une fois passé l’âge adulte, ils ne sont absolument plus indispensables. On peut donc s’en passer si on le désire et encore plus si nous souffrons de troubles digestifs.

Toutefois, je ne pense pas que voir les produits laitiers comme le diable absolu de notre alimentation soit pertinent. Tout d’abord car la nutrition est avant tout question d’équilibre et que nous pouvons consommer des produits laitiers en étant en bonne santé s’ils sont intégrés à une alimentation respectueuse de notre microbiote et en quantité modérée. C’est ce que nous enseigne le régime santé méditerranéen qui comporte des produits laitiers de chèvre et de brebis en petite quantité et d’une qualité supérieure à ce que nous consommons aujourd’hui.

A ce sujet, les produits laitiers de chèvre et de brebis sont plus digestes que ceux à base de lait de vache car la structure du lait y est plus proche de celle du lait humain. C’est pour cela qu’ils peuvent mieux vous convenir, même si le lactose et la caséine sont toujours présents.

Il y a également des laitages, au-delà de l’espèce d’où ils proviennent, qui seront mieux assimilables par notre organisme. C’est le cas des produits laitiers fermentés comme le fromage ou les yaourts. Citons également le beurre qui ne contient de la caséine et du lactose qu’à l’état de trace (un beurre de qualité a d’ailleurs des vertus sur la santé). Ce sont à mon sens les produits que vous devez privilégier, en quantité raisonnable et en faisant le choix de la qualité, si vous désirez consommer des laitages.

 

Ceci étant dit, si vous suspectez un problème de digestion et que vous êtes souvent ballonné, fatigué à cause de votre estomac, méfiez-vous des laitages et dites-vous que les retirer de votre alimentation pendant une période, pour tester, pourrait vous faire le plus grand bien. Si vous souffrez d’un microbiote fragilisé, la question ne se pose même pas: retirez les laitages le temps de la guérison a de grandes chances de soulager vos symptômes (même si ce ne sera probablement pas la seule réforme à effectuer dans votre nutrition pour soigner l’origine de vos maux).

Pour ma part, j’ai fait l’expérience d’arrêter temporairement les produits laitiers lorsque je souffrais d’importants troubles intestinaux et j’ai pu constater à quel point ils me faisaient du mal sans que je ne m’en rende compte. L’arrêt des laitages n’a pas été miraculeux pour autant mais cela a fortement soulagé mes intestins de ne plus en consommer tout en améliorant significativement ma digestion, sans souffrir de la moindre carence.

Au final, apprendre à écouter son corps et les signaux qu’il nous envoie est donc plus que nécessaire avec les produits laitiers si nous ne voulons pas endommager notre microbiote et notre santé sur le long terme. De mon côté, je pense que tester l’arrêt des produits laitiers pendant quelques semaines peut être très instructif car vous n’avez rien à y perdre mais peut-être tout à gagner.

Après, c’est à chacun de décider en fonction de ses propres sensibilités et bien sûr de son plaisir, le tout étant d’avoir conscience des risques qui gravitent autour des laitages afin de ne plus les voir comme des aliments indispensables à notre santé mais plutôt comme des plaisirs que nous nous accordons en fonction de notre tolérance et de notre santé.

Et vous, quel est votre expérience avec les produits laitiers?

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le autour de vous et abonnez-vous à la lettre d'information de La Vitalité par la Nutrition pour ne rien rater des futurs articles et recevoir en bonus gratuit mon e-book des 6 plus grandes erreurs à ne pas faire en nutrition !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *