Huile: comment la choisir?

Comme vous le savez si vous lisez ce site, les bonnes graisses sont essentielles pour la santé et les huiles font parties des lipides à intégrer à notre alimentation quotidienne.

Néanmoins, toutes les huiles ne sont pas intéressantes et certaines sont même néfastes à notre organisme. Aujourd’hui, je vous donne 5 critères à prendre en compte pour vous permettre de les choisir et de les utiliser en fonction de vos besoins.

 

Premier critère: La qualité !

Le premier critère à prendre en compte pour vous assurer d’avoir une huile saine est sa qualité.

Pour y parvenir, je vous conseille d’opter pour une huile de première pression à froid. La première pression à froid signifie que que l’huile n’aura pas été chauffée durant le processus d’extraction. C’est très important car cela lui permet de conserver toutes ses valeurs nutritives. De plus, pour les huiles qui supportent mal la chaleur, elles ne deviendront pas toxiques.

Ensuite, le label bio est à privilégier car une huile bio vous garantie un mode de production sain et une bonne préservation de ses oligo-éléments, en plus de la qualité de la matière première utilisée.

En ayant ces paramètres en tête, vous vous assurez une source de lipides de qualité et parfaitement bénéfique à votre organisme.

 

Deuxième critère: Le stockage !

Le deuxième critère est de vous assurer une huile naturelle et bien conservée.

Tout d’abord, je vous conseille d’éviter les huiles conservées dans des bouteilles en plastique. Des études montrent que des particules migreraient dans l’huile. Ainsi, la conservation dans une bouteille en verre est préférable.

Ensuite, les mélanges d’huile vendus dans le commerce ne sont généralement pas intéressantes et mieux vaut alors faire sa vinaigrette en mélangeant soi-même les huiles que l’on veut utiliser.

Surtout, ne laissez jamais une bouteille d’huile sans bouchon, elle risquerait alors de s’oxyder. Enfin, assurez-vous de la stocker dans un endroit à l’abri de l’humidité et de la lumière.

 

Troisième critères: Les apports en acides gras !

Le troisième critères pour choisir son huile est son apport en acides gras, en particulier la balance entre oméga 3 et oméga 6.

Ces dernières années, les études ont mis en avant le caractère anti-inflammatoire et les bénéfices des acides gras oméga 3. A l’inverse, les oméga 6 sont pro-inflammatoires et forment un équilibre à maintenir avec les oméga 3.

Ainsi, je vous conseille vivement d’éviter les huiles trop riches en oméga 6 car elles risquent de déséquilibrer vos apports en lipides et devenir néfastes pour votre santé. C’est le cas de l’huile de blé, de maïs, de tournesol… Ce sont des huiles que l’on retrouve beaucoup dans les produits transformés.

A l’inverse, les huiles de lin ou de cameline représentent de grandes sources d’oméga 3 à favoriser. Les huiles de colza, de noix ou de chanvre en contiennent également mais en moindre quantité et avec des oméga 6 donc leur utilisation devra rester raisonnable.

Enfin, les huiles riches en oméga 9 n’ont pas d’impact sur ce ratio et présentent de nombreux bénéfices pour la santé cardio-vasculaire. Ce sont les acides gras que vous pouvez le plus privilégier dans votre alimentation et que l’on retrouve dans l’huile d’olive, d’avocat, de noisette, de macadamia

 

Quatrième critère: La cuisson !

Le quatrième critère qui a lui aussi une grande importance, c’est la cuisson.

Vous ne pouvez pas utiliser n’importe quelle huile pour la cuisson car certaines deviendront toxiques au contact de la chaleur. C’est le cas justement des huiles contenant des acides gras oméga 3 qui ne doivent jamais être cuites. D’ailleurs, ces huiles sont à conserver au réfrigérateur pour éviter leur oxydation.

A l’inverse, les acides gras saturés supportent parfaitement les hautes températures et sont à privilégier. Son grand représentant est l’huile de coco.

Pour finir, les huiles contenant des acides gras oméga 9 comme l’huile d’olive restent un choix tout à fait correct pour la cuisson même s’il vaut mieux éviter les trop hautes températures.

 

Cinquième critère: Le goût !

Le cinquième critère à prendre en compte, c’est tout simplement le goût. Il est inutile de s’imposer une huile aux acides gras bénéfiques si vous n’en supportez pas le goût car vous ne pourrez pas l’intégrer à votre alimentation quotidienne.

Heureusement, il existe toujours des alternatives. Le seul principe que je vous conseille de suivre, c’est de limiter au maximum les huiles qui contiennent beaucoup d’oméga 6. Elles sont pro-inflammatoires et ne vont pas dans le sens d’une alimentation bénéfique pour la santé. L’excès d’oméga 6 sera un obstacle quel que soit votre objectif: santé, bien-être, forme, performance, perte de poids…

Dans la pratique, veillez à avoir une huile pour la cuisson et une pour les assaisonnements et vinaigrettes maison que vous pouvez compléter par une autre huile afin de varier. Une combinaison classique serait d’avoir dans votre cuisine une huile de coco pour la cuisson et pour les assaisonnements et vinaigrettes une huile d’olive que vous mélangerez avec une proportion moindre d’huile de lin. Si vous voulez faire au plus simple, sachez que l’huile d’olive est polyvalente et vous servira dans toutes les situations.

Enfin, n’oubliez pas que dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée, les huiles ne feront que compléter votre apport en acides gras. Vous n’avez donc pas à vous prendre la tête et en suivant ces critères, vous serez certain(e) de faire les bons choix au quotidien.

 

Cet article vous a plu? Partagez-le autour de vous et abonnez-vous à la lettre d'information de La Vitalité par la Nutrition pour ne rien rater des futurs articles et recevoir en bonus gratuit mon e-book des 6 plus grandes erreurs à ne pas faire en nutrition !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.