Alimentation: comment arrêter de faire du surplace?

Avez-vous du mal à faire évoluer votre alimentation? Vous sentez que quelque chose ne va pas comme vous le voulez mais ne savez pas quoi faire? Vous hésitez trop souvent et ne changez finalement pas grand-chose à vos habitudes alimentaires?

Je suis passé par là et il existe une solution toute simple qui va vous permettre de faire évoluer votre nutrition et d’avancer vers vos objectifs pour de bon. Aujourd’hui, je vous explique comment faire.

 

Pourquoi fait-on du surplace?

A partir du moment où nous cherchons à avoir une nutrition plus saine, nous nous mettons alors en quête de solutions pour adopter de meilleures habitudes alimentaires. C’est une intention qui est évidemment louable mais qui veut vite devenir un cauchemar face à l’incroyable quantité d’informations que l’on peut trouver sur internet.

Que vous ayez des troubles digestifs, du poids à perdre ou envie de prendre soin de votre santé, vous tomberez obligatoirement sur des avis différents, des méthodes qui se prétendent meilleures que les autres et des études scientifiques qui semblent se contredire.

C’est normal car les connaissances en matière de nutrition évoluent de jour en jour et l’alimentation est un sujet qui nous tient à cœur donc des guerres d’idées peuvent vite éclater et entrainer de vives oppositions.

 

Au milieu de la bataille, il y a vous. A force de lire tout et son contraire, vous ne savez plus quoi faire.

C’est exactement ce que j’ai vécu durant les premiers mois où j’ai commencé à vouloir mieux m’alimenter. Je ne parvenais pas à comprendre comment résoudre les troubles digestifs et énergétiques qui étaient les miens donc je ne changeais presque rien à ma manière de m’alimenter et ma situation, logiquement, ne progressait pas non plus comme je le voulais.

 

La peur de se tromper, un sentiment qui nous paralyse !

Si vous faites du surplace comme j’ai pu le vivre à l’époque, c’est à cause d’un sentiment puissant, celui de la peur de l’échec.

La peur de se tromper, c’est vraiment ce qui m’empêchait de faire de véritables changements dans ma nutrition. Notre société nous a encré certaines idées reçues et habitudes alimentaires qui sont très difficiles à déloger de notre esprit.

De ce fait, vouloir en sortir entraine irrémédiablement des doutes et l’angoisse de mal faire les choses, de nous faire du mal à travers des choix inadéquats par rapport à nos objectifs et notre santé.

 

De plus, il faut bien garder en tête que le cerveau humain n’aime pas sortir de sa zone de confort. Ainsi, si vous avez certaines habitudes alimentaires depuis de nombreuses années, il sera très difficile de vous convaincre de faire des choix différents car cela représentera une importante source de stress qui va bouleverser votre quotidien.

Enfin, je sais d’expérience qu’en alimentation, une question en amène toujours une autre et quand on doute, on perd vite confiance et entre aisément dans un cycle de questionnement sans fin qui n’aboutira jamais à une réponse satisfaisante pour vous.

En étant toujours dans l’hésitation, à la longue, on préfère éviter l’échec plutôt que d’essayer d’aller mieux et d’améliorer sa nutrition, par exemple pour quelqu’un dont la perte de poids stagne depuis des mois et qui aura tellement peur de reprendre des kilos qu’il préfèrera ne rien changer à son alimentation.

Toutes ces raisons font que ces peurs et ces doutes nous paralysent complètement et nous empêchent d’agir.

 

Parvenir à sortir du cercle vicieux de l’hésitation !

Vous l’aurez compris, la peur de se tromper est la cause principale du surplace que vous vivez. Pour en sortir, il s’agit tout d’abord de ne plus chercher la solution ultime ni la vérité absolue.

Qu’est-ce que j’entends par là? Tout simplement d’arrêter de croire que l’alimentation idéale existe et de se fier uniquement à l’avis des autres. Il y a autant d’alimentations qu’il y a d’individus sur cette planète car chaque personne est unique. La nutrition qui est la nôtre se doit de prendre en compte notre métabolisme, notre âge, notre degré d’activité physique, notre état mental, notre environnement…

Il n’y a donc pas et il n’y aura jamais de réponse universelle à vos questionnements sur votre alimentation car vous devez l’adapter à votre cas !

 

Ainsi, Il est inutile de chercher à se rassurer sur une nutrition qui serait parfaite pour votre perte de poids, votre santé, votre forme ou que sais-je…

Ce qui marche pour votre voisin ne marchera peut-être pas pour vous et vice-versa. Par exemple, il y a des personnes dont l’organisme fonctionne mieux en consommant peu de glucides et davantage de lipides, d’autres ce sera l’inverse. C’est pour cela que je suis contre toute forme de régime strict.

 

De plus, il est possible que vous vous gâchiez la vie à cause de petits détails. A force de se prendre la tête, on a facilement tendance à s’attarder sur des composantes anecdotiques de notre alimentation sans l’observer dans sa globalité, par exemple s’il vaut mieux mettre une cuillère à soupe d’huile d’olive dans sa vinaigrette plutôt que deux.

Pourtant, mieux manger n’est pas difficile car il y a une seule et unique règle que vous devriez suivre: celle de chercher à manger des aliments les plus naturels possibles, frais et bruts.

A partir de là, le reste de votre alimentation ne représente que des détails qui ne doivent pas vous enfermer dans le cercle vicieux de l’hésitation. Ensuite, il ne vous reste alors plus qu’une seule chose à faire: expérimenter !

 

L’expérimentation au centre de votre nutrition !

Si je suis parvenu à adopter une nutrition plus en adéquation avec mes propres besoins, c’est grâce à l’expérimentation.

Si votre alimentation ne vous convient pas en partie ou totalement, vous ne devriez pas hésiter à la changer ni à bouleverser vos habitudes. Après tout, qu’avez-vous à perdre? Vous pourriez améliorer votre situation et si ce changement ne s’avère pas pertinent, vous n’aurez rien perdu puisque vous saurez maintenant que cela ne marche pas pour vous.

Ainsi, vous ne devez pas hésiter à tester les réactions de votre organisme.

Le petit déjeuner classique à la française ne semble pas vous convenir et vous provoque coup de barre et fringale en fin de matinée? N’hésitez pas à tester un petit déjeuner différent, du salé par exemple et en y allant progressivement si cela vous parait trop difficile.

Vous avez l’impression que le pain et les pâtes vous ballonnent beaucoup? Essayez de réduire voir d’éliminer le gluten de votre alimentation pendant une période et voyez si vous vous sentez mieux, il sera toujours possible de faire marche arrière.

 

Certes, lire des articles et des études dans le domaine de la nutrition est une bonne chose mais agir, c’est mieux. Ce qui a été le plus efficace pour moi, c’est d’apprendre à communiquer avec mon corps car il est et sera toujours le mieux placé pour savoir ce qui me convient ou non. Ainsi, expérimentez une nouvelle habitude alimentaire puis analysez la réaction de votre corps sur le moment et dans les heures qui suivent.

Est-ce que vous vous sentez ballonné? Fatigué dans l’heure qui suit ou au contraire plein d’énergie? Avez-vous des envies de craquage? Votre digestion est-elle bonne? Votre transit est-il plus régulier? Ces sensations sont de formidables indicateurs sur la nutrition qui vous correspond donc prenez-en compte.

 

Plutôt que de vous prendre la tête sur tout et n’importe quoi, je vous recommande donc d’avoir un rapport plus instinctif avec ce que vous mangez. Lâchez du lest sur vos objectifs et sans les oublier, cherchez avant tout à vous faire du bien car le plaisir est un pilier indispensable à des habitudes alimentaires saines et durables, quel que soit votre objectif ! (même la perte de poids qui est stupidement associée au régime et à la privation, ce qui explique pourquoi cela ne fonctionne jamais sur la long terme)

En vous reconnectant à votre organisme à travers une alimentation naturelle, votre corps se dirigera de lui-même vers ce dont il a besoin et pour cela, vous ne devez pas hésiter à expérimenter des habitudes alimentaires qui ne vous paraissent pas forcément logiques ni attractives de prime abord.

Pour avoir été un véritable accro à la malbouffe, je peux vous garantir qu’on sous-estime toujours fortement notre capacité à changer, il convient juste d’être progressif et à l’écoute de soi.

 

Se reconnecter avec soi-même pour arrêter de faire du surplace !

Au final, j’espère que vous vous rendez compte que la situation de surplace que j’ai vécu et que vous vivez peut-être actuellement ne vient que d’une seule chose: votre manque de communication avec vous-même.

Pourtant, qu’est-ce qui vous fait peur? Vous craignez de faire n’importe quoi? Si vous vous trompez, est-ce si grave? Comme je vous l’ai dit, une expérience alimentaire en vous fiant à vos réactions ne sera jamais perdue car elle vous en apprendra davantage sur votre corps et sur ce qui vous convient ou non.

 

Par contre, si vous ne faites rien ou vous contentez de suivre ce que l’on vous dit sans chercher à vous comprendre à travers des recommandations ou des régimes précis, vous n’apprendrez rien, vous retrouverez bien vite perdu et incapable de vous adapter à votre métabolisme qui évolue sans cesse.

N’oubliez pas que les doutes et les hésitations qui vous envahissent sont tout à fait normales mais que vous êtes capable comme n’importe qui de progresser vers une alimentation plus en adéquation avec vous-même dès lors que vous libérez votre esprit de ces interdits que vous êtes le seul à vous imposer.

 

Pour ma part, ce serait vous mentir de dire que cela s’est fait du jour au lendemain. C’est un cheminement qui prend du temps mais qui est véritablement fascinant car on part à la découverte de son corps et on parvient petit à petit à mieux se comprendre au quotidien.

En mettant l’expérimentation au cœur de mon alimentation, j’ai pu en apprendre énormément sur le fonctionnement de mon corps, sortir de mes nombreuses idées reçues en matière de nutrition et évoluer vers des habitudes alimentaires qui me conviennent beaucoup mieux au quotidien comme par exemple une alimentation plus riche en lipides que la moyenne ou l’adoption d’un petit déjeuner salé, deux choses qui étaient totalement inconcevables pour moi il y a plusieurs années.

Ainsi, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas sortir de cette situation de surplace à partir du moment où vous prenez la peine d’agir et de vous écouter. J’espère que cette approche vous permettra vous aussi de tendre vers une alimentation plus en phase avec vous-même et de vous sentir mieux.

 

Cet article vous a plu? Partagez-le autour de vous et abonnez-vous à la lettre d'information de La Vitalité par la Nutrition pour ne rien rater des futurs articles et recevoir en bonus gratuit mon e-book des 6 plus grandes erreurs à ne pas faire en nutrition !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.