Comment arrêter d’être ballonné?

Vous avez pris de meilleures habitudes alimentaires et avez adopté une hygiène de vie plus saine mais malgré cela, vous êtes toujours ballonné au quotidien?

Dans ce cas, il existe des pistes nutritionnelles à explorer qui peuvent être les causes de vos maux. Aujourd’hui, je vous propose de les voir ensemble afin de retrouver votre équilibre intestinal et un ventre en paix.

 

Trouvez votre équilibre en fibres !

Dans le cadre d’une alimentation santé, on insiste à juste titre sur l’apport en fibres, indispensable pour un bon transit. Néanmoins, si manquer de fibres peut entrainer des ballonnements, il en est de même pour un apport excessif en fibres.

Donner un chiffre sur la quantité de fibres à assimiler est problématique. La tolérance aux fibres est dépendante de chacun et de nos habitudes alimentaires. A mon sens, le meilleur repère pour trouver son juste équilibre en fibres, cela reste votre transit. S’il n’est pas régulier et que vous avez des périodes de diarrhée ou de conspiration, c’est que vous n’avez pas encore trouvé votre juste dose de fibres.

De plus, certains aliments possèdent des fibres qui fermentent davantage que d’autres et que vous aurez plus de mal à digérer. C’est le cas des légumes de la famille des choux, du blé, des légumineuses, des noix et les végétaux crus qui ont des fibres plus irritantes que cuites… Ce sera donc à vous de tester au cas par cas ce qui semble vous convenir ou non.

Pour finir, gardez en tête que trouver sa juste dose en fibres ne demande pas de se supplémenter ou de consommer des aliments enrichis en fibres. Une alimentation naturelle faisant la part belle aux végétaux vous apportera toutes les fibres dont votre système intestinal a besoin.

 

Évitez les charges glycémiques élevées !

Un aspect important à comprendre dans les problèmes de ballonnements, c’est l’influence des glucides. Ils représentent la grande source de fermentation dans vos intestins si vous en consommez en excès et/ou les mauvaises sources.

Ainsi, je vous conseille d’éviter au maximum les charges glycémiques importantes. Cela signifie deux choses:

-Réduire au maximum sa consommation de glucides à index glycémique élevé comme tout ce qui est raffiné et transformé (pain blanc, pâtes blanches, biscottes, biscuits, céréales de petit déjeuner, viennoiseries, bonbons, etc) car même en petite dose, ils risquent à la longue d’influer sur votre glycémie et entrainer des soucis de fermentation.

-Ne pas consommer de nombreuses sources de glucides au cours d’un même repas, même à index glycémique modéré, car en les accumulant, vous consommerez une importante quantité de glucides et donc votre charge glycémique sera importante. Cela arrive plus facilement qu’on ne le pense lorsqu’on consomme lors d’un repas une assiette de féculents, du pain en accompagnement et un fruit en dessert.

En bref, pour éviter d’être ballonné à cause des glucides, optez pour une source unique lors de chaque prise alimentaire en choisissant des index glycémiques modérés et sans excès.

 

Ne mangez pas trop gras lors d’un repas !

Parmi les trois familles de macronutriments, les lipides sont plus longs à digérer que les glucides et les protéines. C’est un avantage lorsque vous cherchez à avoir une alimentation plus rassasiante et éviter les fringales mais si vous abusez sur les lipides, même les lipides sains, vous risquez d’avoir des problèmes de ballonnements.

Ainsi, à l’instar des glucides, je vous conseille de ne pas consommer plusieurs sources de lipides lors d’un même repas car sinon, votre digestion risque de durer trop longtemps et au final, entrainer des ballonnements. Par exemple, si vous consommez du poisson, de la patate douce et une salade de légumes avec une généreuse vinaigrette à l’huile d’olive, il n’est pas forcément nécessaire d’y ajouter de l’avocat ou des noix afin de ne pas alourdir le repas.

Ceci étant dit, la tolérance aux graisses est également dépendante de chacun. Certains métabolismes les assimilent mieux que d’autres (souvent ceux qui ont tendance à grossir et qui supportent mal les glucides, c’est mon cas) mais cela reste une piste à explorer si vous ne faites pas attention aux doses de lipides dans votre alimentation et que votre digestion semble difficile.

Enfin, notez ici que je parle de l’excès de lipides dans le cadre d’une alimentation équilibrée en protéines, glucides et lipides. Les alimentations de type cétogène, qui cherchent à baser sa nutrition sur les lipides (70 à 80% de ses macronutriments) ne sont pas concernées par ce discours.

 

N’abusez pas des produits animaux !

Une autre piste pour stopper ses problèmes de ballonnements, c’est de remettre en cause sa consommation de produits animaux.

Dans notre société, nous avons tendance à en consommer en grande quantité. On peut aisément s’en rendre compte lors d’un repas traditionnel qui peut accumuler de la charcuterie en entrée, de la viande lors du plat principal, du fromage voir un dessert qui contient généralement du lait et/ou de l’œuf.

Si cela devient un automatisme lors de chaque repas, votre consommation de produits animaux peut vite devenir importante et être source de ballonnements.

La digestion de produits animaux entraine des déchets qui peuvent dérégler notre flore intestinale. C’est d’autant plus problématique si vous ne l’équilibrez pas avec une consommation supérieure de produits végétaux (légumes et fruits).

Dernier point, je vous conseille de réduire au maximum l’achat de produits animaux bas de gamme qui pour le coup seront bourrés de toxines et très difficiles à digérer. La meilleure astuce reste donc de réduire la quantité pour privilégier la qualité.

 

Suspectez une intolérance alimentaire !

Une source de ballonnement que vous ne pourrez pas endiguer malgré une parfaite hygiène de vie et de bonnes habitudes alimentaires, c’est une intolérance à un aliment précis.

Parfois, on peut être intolérant à un aliment sans le savoir car on ne suspecte pas nécessairement un seul aliment d’être au cœur de nos ballonnements. Pourtant, c’est uniquement en éliminant cet aliment de votre nutrition que vous pourrez retrouver un ventre apaisé.

Les intolérances alimentaires les plus communes que je vous conseille d’envisager sont celles au gluten (blé) et au lactose (laitage). Ce sont les aliments qui peuvent entrainer le plus de réactions et qui sont très présents dans notre alimentation.

D’autres intolérances sont également possibles comme celles aux noix, aux légumineuses, à l’œuf, à la famille des solanacées (pomme de terre, tomate, poivron, aubergine), à certaines épices…

Pour détecter une intolérance alimentation, la meilleure méthode selon moi reste le test d’éviction, c’est-à-dire retirer un aliment qui nous parait problématique pendant trois semaines et constater s’il y a un changement ou non dans vos soucis de ballonnements.

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le autour de vous et abonnez-vous à la lettre d'information de La Vitalité par la Nutrition pour ne rien rater des futurs articles et recevoir en bonus gratuit mon e-book des 6 plus grandes erreurs à ne pas faire en nutrition !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *